rachat-linkedin-microsoft-condition

Dans le domaine d’internet, les transactions financières sont de plus en plus élevées. Et pour cause, certaines plateformes coûteraient plusieurs milliards de dollars ! Ainsi, les éventuels nouveaux acquéreurs doivent mettre la main au porte-monnaie pour ne pas se laisser devancer par la concurrence. En février 2014, le géant Facebook avait réussi à choquer les esprits en déboursant pas moins de 19 milliards de dollars pour faire l’acquisition de l’application Whatsapp. Seulement, voici que cette somme mirobolante vient tout juste d’être dépassée. En effet, Microsoft a enfin obtenu l’autorisation de la Commission Européenne pour pouvoir racheter Linkedin pour la somme de 26 milliards de dollars.


Un projet déjà approuvé à l’époque

C’est en juin 2016 que Microsoft a fait part de son projet de rachat du réseau social professionnel Likedin. Ce projet a beaucoup fait parler de lui car non seulement la somme de 26 milliards de dollars est colossale mais en plus de cela beaucoup de personnes craignaient que Linkedin soit dénaturé suite à ce rachat.

Mais contre toutes attentes, Reid Hoffman, qui n’est autre que le co-fondateur, président du conseil d’administration de Linkedin et actionnaire majoritaire de la société, avait indiqué son accord pour cette transaction. Microsoft, de son côté, avançait divers arguments plutôt alléchants.

En effet, Reid Hoffman garderait son poste même après le rachat et Microsoft mettrait à disposition tous ses outils bureautiques pour que la croissance de Linkedin puisse augmenter significativement. Seulement, pour que ce rachat puisse se faire, il fallait avant tout obtenir l’accord de Bruxelles.

Un accord donné mais sous certaines conditions

Le projet de rachat de Linkedin par Microsoft avait émergé il y a six mois mais ce n’est que maintenant (décembre 2016), que la Commission Européenne vient de rendre son verdict. L’autorisation est enfin donnée et le géant américain va pouvoir faire l’acquisition du réseau social professionnel Linkedin. Seulement, Bruxelles a certes donné son accord mais elle a également imposé certaines conditions qui seront, bien évidemment, contrôlées par un mandataire.

Tout d’abord, Microsoft doit s’engager à ne pas obliger les fabricants et les revendeurs de PC d’installer Linkedin sous Windows. De plus, dans le cas où des utilisateurs souhaiteraient profiter de ce réseau social, il faut que cette plate-forme puisse être facilement désinstalable. Mais ce n’est pas tout puisque Microsoft devra continuer à rendre compatible sa suite bureautique Office avec les autres réseaux sociaux professionnels, autrement dit, les concurrents de Linkedin. De même, ces concurrents devront quand même continuer à pouvoir utiliser l’API Graph.

En d’autres termes, les conditions imposées par la Commission Européenne ne sont pas extravagantes et Microsoft pourra facilement les mettre en pratique. Reste donc à savoir si, sur le long terme, la firme de Redmond continuera à respecter ces engagements et ne pas aller à l’encontre de Bruxelles et de sa décision. Quoi qu’il en soit, avec un rachat à 26 milliards de dollars, Microsoft réalise un record dans ce domaine et au vu de cette somme colossale, nul doute que Microsoft a encore de beaux jours devant lui.